• Heures d'ouverture : du Lundi au Vendredi 09:00-17:00
  • Téléphone : +221 33 826 20 02
  • Email : iag@iag-agi.org

Cinquantième anniversaire de l’indépendance du Tchad

Contribution au cinquantenaire du Tchad
11 août 1960 – 11 août 2010.

Territoire militaire en 1900, puis civile en 1920, le Tchad a été rattaché jusqu’en 1958 au gouvernement de l’Afrique Équatoriale française (AEF). En 1946, un Conseil représentatif doté de pouvoirs administratifs et financiers est constitué. Il prend en 1952 le nom d’Assemblée territoriale. La colonie du Tchad devient territoire d’Outre-Mer en 1946. Elle élit un député (1945-1956), puis deux (1956-1958) à l’Assemblée nationale, deux sénateurs et trois conseillers de l’Union française. La loi-cadre du 23 juin 1956 et ses décrets d’application du 4 avril 1957 élargissent les pouvoirs de l’Assemblée et créent un Conseil de gouvernement présidé par le gouverneur et composé de ministres élus par l’Assemblée. Gabriel Lisette est vice-président. A la suite du référendum du 28 septembre 1958, l’Assemblée territoriale proclame le 28 novembre 1958 la République du Tchad, État autonome membre de la communauté. Lisette, Sahoulba et Koulamallah sont successivement présidents du gouvernement provisoire. Une Constitution est mise en vigueur le 31 mars 1959.

Le 11 août 1960, le Tchad devient indépendant et accède à la souveraineté internationale. Ngarta Tombalbaye, Chef de l’Etat en 1960 est élu président de la République le 22 avril 1962. Une constitution est établie le 28 novembre 1960, une seconde promulguée le 16 avril 1962 sera modifiée le 29 décembre 1965 et le 7 février 1967. Ngarta Tombalbaye sera réélu président de la République le 15 juin 1969 est renversé par un coup d’État militaire le 13 avril 1975. Un Conseil Militaire Suprême est institué sous la présidence du général Félix Malloum. Celui-ci devenu Président de la République, partage le pouvoir avec Hissein Habré, Premier Ministre aux termes de la Charte fondamentale du 29 aout 1978. A la suite des troubles du 12 février 1979, des conférences inter africaines ont eu lieu à Kano et à Lagos et ont abouti à la constitution de deux gouvernements successifs d’union nationale et de transition. Le premier présidé par LOL Mahamt Choua (29 avril- 29 aout 1979) et Goukouni Weddeye (10 novembre 1979).

En 1982, une période de dictature s’instaure avec la prise du pouvoir par les forces armées du nord (FAN) avec à leur tête Hissein Habré. Période très sombre de l’histoire du Tchad où l’on a dénombré plus de quarante mille assassinats (Amnesty International). Chef d’État-major des Armées sous Hissein Habré, Idriss Déby prendra la route des montagnes de l’Est (refuge des mouvements de rébellion par excellence) pour revenir un 1er décembre 1990. En effet, aucune transition ne s’y est déroulée selon les règles constitutionnelles : la violence et le factionnalisme armé ont toujours prévalu dans ces moments déterminants. Cette date marquera pour le Tchad, une nouvelle ère de gouvernance appelée la démocratie (« Je ne vous apporte ni or ni argent mais la liberté », extrait du discours de Deby, le 3 décembre 1990).

Une série d’événements vont poser les jalons d’un nouveau départ tant bien sur le plan politique, économique et social. Une Conférence Nationale Souveraine (CNS) s’est tenue du 15 janvier au 7 avril 1993 et a conduit à l’adoption, par référendum, d’une Constitution le 31 mars 1996, puis à des consultations populaires démocratiques (présidentielles et législatives) en 1996 et 1997. Ces différentes consultations ont vu la victoire Mouvement Patriotique du Salut (MPS) avec Idriss Deby toujours comme Président de la République et une majorité à l’Assemblée Nationale. Ces résultats se confirmeront encore en 2001 et 2002. Des institutions viables existent et fonctionnent (la Cour Suprême, le Conseil Constitutionnel, le Parlement…). La volonté du régime en place de se maintenir au pouvoir par la modification de la Constitution (article 61) laquelle ayant abouti en 2005, a d’une part créé une impasse politique interne sans précédent et d’autre part, a alimenté la rébellion en hommes et matériels de guerre (désertion dans les rangs de l’armée mais surtout de la garde présidentielle). La crise du Darfour (2003) a été un facteur amplificateur de l’instabilité institutionnel du Tchad. Les relations avec certains États voisins (notamment le Soudan) à travers des guerres par « procuration » ou en d’autres termes, le soutien inconditionnel (armes, moyens financiers et logistiques) qu’apporte chaque régime aux rebelles de l’autre au-delà des frontières, ont été les plus exécrables ces dix dernières années. La présence des forces internationales (Résolution 1778 du Conseil de Sécurité) n’a pour autant pas apporté les résultats escomptés.

Sur le plan interne, et en réponse la décision du MPS d’amender la constitution pour conserver le pouvoir, l’opposition politique a choisi en 2002 de se constituer en une Coordination pour la défense de la constitution (CPDC), prônant le boycott de toutes les consultations électorales. Cette situation à donc débouché sur une impasse. Faute d’obtenir un dialogue inclusif avec les trois acteurs (la majorité, l’opposition démocratique et les partis politico militaires) du conflit (le camp présidentiel refusant cette possibilité), le CDPC a consenti à négocier seul avec le gouvernement – négociations qui ont abouti à la plateforme politique du 13 aout 2007. Notons au passage, qu’après dix huit ans de multipartisme, l’image des partis politiques de l’opposition n’est pas celle des structures aptes à apporter le changement. Affaiblis par les efforts de cooptation du régime, dépourvus de moyens d’expression et confrontés à la lassitude de leurs militants, leurs principaux leaders ont assez souvent accepté des mariages précaires en entrant dans le gouvernement.

Les cinquante années d’indépendance ont produit, sur le plan socio-économique, des résultats mitigés. Avec une population estimée à 2,5 millions d’habitants en 1960, le pays compte 9 ,9 millions en 2009 (PNUD). Le Tchad demeure une économie fragile de par la faiblesse de son PIB par habitant ($,646) et son classement IDH en 2009 (170ème/179). Selon les dernières estimations de l’Institut National de la Statistique, des Études Économiques et Démographiques (INSEED), le taux de croissance de l’économie se situerait à 1,9% en 2009, contre +0,01% en 2008. Au demeurant, pays à vocation agro- sylvo pastorale, le Tchad est entré dans le club des pays producteurs de pétrole (2003, date de commercialisation) grâce à ses gisements de brut dans le sud (Doba et environs) faisant naître de grands espoirs de changements et de développement, délaissant de ce fait les mamelles traditionnelles de son économie (coton, élevage…). Le projet de construction du pipe-line Doba-Kribi (Cameroun) était alors l’investissement terrestre le plus élevé de l’Afrique. L’accord signé avec la Banque Mondiale et le consortium (Exxon, Chevron et Pétronas) confiait à l’État Tchadien un rôle d’arbitrage et de redistribution qui aurait pu lui permettre de restaurer son image et d’améliorer ses services publics. Fort malheureusement, la remise en cause du modèle initial (voir la Loi 001/PR/99 du 11 janvier 1999 portant gestion des revenus pétroliers) de gestion à aggravé la crise de confiance en l’État.

Après un demi-siècle d’indépendance, des défis majeurs de gouvernance se posent avec acuité : la qualité du système de santé, d’éducation (leur accessibilité), les infrastructures (routes), la réforme du secteur de la sécurité (en particulier la mise sur pieds d’une armée républicaine), la transparence dans la gestion et le devoir de rendre compte, l’indépendance du pouvoir judiciaire (consacrée théoriquement par la constitution).
Loin de paraître une occasion de faste, le 11 août 2010 doit être pour les Tchadiens une étape importante non pas seulement pour faire un bilan de cinquante années, mais bien plus un moment pour diagnostiquer les multiples obstacles au développement de leur pays.

Contribution proposée par
Tordeta Ratebaye, Diplomate de Formation, diplômé de l’ENA de Paris (Gestion Internationale des Conflits) et de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun- IRIC, membre du CODESRIA. Collaborateur de la FPAE de Géopolitique en Afrique Centrale et African Centre for the Constructive Resolution of Disputes (ACCORD).

  • 11/08/2010

    483 personnes

Evènements

  • 12 mar

    Lancement du fond de l’entrepreneuriat des jeunes en Gambie.

    En savoir plus

  • 25 jan

    La Conférence Internationale sur l’émergence de l’Afrique à Dakar : les 17, 18 et 19 Janvier à Dakar

    En savoir plus

  • 24 jan

    Les café de l’IAG : sur les migrations, ressources d’intégration régionale

    En savoir plus