Accueil > Centre de ressources > Le rôle des ressources naturelles dans la transformation économique de (...)

Le rôle des ressources naturelles dans la transformation économique de l’Afrique

À l’heure où l’Afrique continue d’impressionner par sa croissance, notamment grâce à l’exploitation de ses abondantes ressources naturelles, de nouveaux défis politiques, économiques et sociaux apparaissent. Paradoxalement, même si la croissance moyenne des dix dernières années a été supérieure à 5 %, les inégalités et la pauvreté restent des problèmes majeurs.
Pour que l’Afrique puisse profiter des bénéfices de la croissance, des transformations structurelles dans les industries extractives ainsi que sur le plan de la gouvernance et de l’intégration régionale doivent avoir lieu. L’UE et d’autres partenaires internationaux ont tout particulièrement intérêt à soutenir ces transformations. L’économie et la population africaines continuent en effet de croître à une vitesse considérable, tout comme leur poids au sein d’une économie mondiale en transition.

Ces transformations structurelles doivent prendre la forme d’un développement inclusif et durable des industries extractives, avec une attention particulière accordée à l’emploi et aux réformes sociales afin que la population puisse en profiter. Il convient également de se pencher davantage sur la productivité agricole, qui est en retard par rapport aux moyennes mondiales.
À mesure que l’Afrique se développe, son rapport avec ses partenaires évolue : peu à peu, l’aide au développement est remplacée par des investissements et un soutien en matière d’infrastructures à l’attention des marchés émergents. Cette transition est en grande partie due à la présence croissante des économies émergentes en Afrique, c’est-à-dire des pays du groupe BRICS.
Face au poids économique accru de l’Afrique dans le monde, une attention particulière doit être portée à l’équilibre entre l’apport de la communauté internationale à l’Union africaine (UA) et la mainmise des Africains sur leurs propres politiques.
L’échéance pour la ratification des accords de partenariat économique (APE) approche et leur succès semble compromis, c’est pourquoi la question de l’intégration régionale reste problématique en Afrique.
Étant donné qu’individuellement, les pays sont moins susceptibles de réussir à opérer dans le cadre de l’économie mondiale, l’intégration régionale semble une étape essentielle pour l’Afrique. Si beaucoup de mécanismes et de politiques ont été formalisés dans le but de renforcer l’intégration, la mise en œuvre de ces mesures est toutefois inexistante.
Certes, l’UA a encore beaucoup de chemin à parcourir pour parvenir à la transformation structurelle de ses industries et sociétés pour qu’elles soient plus inclusives et durables, mais elle cherche à mettre en place un partenariat plus égal avec l’UE, fondé sur le respect mutuel, la franchise et la confiance. Dans le cadre de cette nouvelle perspective, nombreux sont ceux qui pensent qu’il est temps de redéfinir les relations de l’Afrique avec l’UE. Les dynamiques de cette relation figureront en bonne place de l’ordre du jour lors du prochain sommet UE-Afrique, prévu pour début avril 2014.

Publié le 28 octobre 2013

Suivez nos tweets Suivez nous sur facebook Google+